Télédétection et géodonnées

NEWS:  La candidature portée par l’ISSeP, Skywin et Spacebel a été sélectionnée parmi 60 candidats, pour être le relais des activités du programme spatial Copernicus dans notre région. Ce “Copernicus Relay” est chargé de faire la promotion du programme d’Observation de la Terre de la Commission.

SKYWIN logo-ISSeP-JPG      Spacebel 

 

Intégrer des données spatiales et aéroportées dans l’analyse environnementale

L’information environnementale permet de mieux comprendre notre planète et le rôle des activités humaines dans les changements du climat et/ou de notre bien-être quotidien. Pour prendre les bonnes décisions, les politiques environnementales ont besoin de données précises et mises à jour. Les données spatiales offrent un champ de perspectives d’amélioration de nos outils d’aide à la décision en Wallonie et à l’international.
Dans le prolongement des activités géomatiques du groupe cartographique de l’ISSeP mais aussi du plan géomatique de la Région Wallonne, l’ISSeP a créé, en janvier 2016, la cellule de Télédétection et Géodonnées (CTG), unité spécialisée dans l’acquisition, l’analyse et la valorisation de ces données dans les processus de décision. L’ISSeP développe ses compétences techniques dans le domaine spatial et met à profit sa connaissance des services publics wallons pour jouer le rôle de maillon de liaison entre l’administration wallonne et les acteurs internationaux en Observation de la Terre.

Utilisation du sol et environnement

fig1-ctgPour la veille climatique ou l’étude territoriale, la cellule se spécialise dans la détection des changements d’utilisation du sol. L’ISSeP utilise les images satellitaires pour cartographier et évaluer la dégradation de la forêt, des sols et de la ressource en eau en Afrique ou analyser les risques pour la santé humaine en Belgique. Ces images aident à comprendre notre environnement de demain : déforestation, croissance urbaine, répartition et vulnérabilité de la population (cfr projet SMARTPOP).

 

Equipe de mesure de la biomasse en forêt tropicale

Analyse de risques

En réponse à la directive Européenne, l’ISSeP a développé un système d’information géographique (SIG) d’analyse des risques majeurs liés aux sites de déchets miniers, les terrils. L’instabilité des pentes et l’auto-combustion sont étudiées en combinant et comparant les géodonnées existantes (ex. photos ou Modèles Numériques de Terrain ERRUISSOL ou LiDAR). Les images satellitaires (LANDSAT) ont une valeur ajoutée en prix et temps de traitement pour une résolution suffisante.

fig2-ctg

Géodonnées du terril de l’Heribus : pentes ERRUISSOL (a), pentes LIDAR (b), photo 1969 (c), ortho-photo 2012-2013 (d), photo 1959 (e), facteur de sécurité MNT lidar (f), profil de la section AB (g), facteur de sécurité MNT ERRUISSOL

Thermographie
La CTG analyse des données par thermographie satellitaire (ASTER et LANDSAT), aéroportée (avion, hélicoptère et drone) et au sol pour la caractérisation de l’auto-combustion des terrils et le suivi de décharges en activité.

fig3a-ctg           fig3b-ctg
Terril de la Petite Bacnure : photo et image thermique

WebGIS
Les intfig4-ctgerfaces WebGIS intègrent les géodonnées et permettent leur visualisation, standardisation, centralisation, croisement et partage à usage privé et public : citoyens, administrations, décideurs politiques, scientifiques, institutions actives en aménagement du territoire.

 

Coopération

La CTG coordonne le volet scientifique du résultat 3 du Programme d’Aide au Développement de l’Irrigation (PADI) au Burkina-Faso. Dans le cadre d’un projet financé par Wallonie Bruxelles International (WBI), la cellule vient en appui à la Direction Générale des Aménagements Agricoles et du Développement de l’Irrigation, dans le domaine de la gestion des retenue d’eau d’irrigation (bathymétrie, système d’évaluation et de planification) et des apports en sédiments, de l’érosion des sols et dans la rédaction de plans de gestions intégrés des bassins versant. (lien vers site web à venir)

fig5c-ctg                          fig5b-ctg                     fig5a-ctg

Drone bathymétrique radiocommandé         –           Formation aux groupements villageois         –        Chantier école au Burkina Faso


Contexte

La région wallonne, consciente de l’intérêt du domaine spatial, a lancé il y a 10 ans le programme ERA-STAR pour coordonner et rassembler les forces vives en télédétection des régions européennes. La Direction Générale de la Recherche Wallonne était chef de file de ce projet qui a ensuite été repris par la région Midi-Pyrénées sous le label NEREUS. Cette association de régions a pour but de promouvoir et d’organiser un réseau d’initiatives et de projets regroupant des sociétés privées, des universités et des centres de recherche. Malgré son implication au départ, l’administration wallonne s’est désengagée de la gestion de ce réseau et a transmis ce rôle au pôle de compétitivité SKYWIN qui a demandé une contribution à l’ISSeP pour représenter l’administration dans ce réseau. Par des contacts récurrents avec le pôle Skywin, l’ISSeP a décidé dès 2014 de s’impliquer en maillon de liaison entre l’administration wallonne et les acteurs internationaux en Observation de la Terre et ainsi relayer les besoins de l’administration pour Innover, Simplifier et rassembler (DPR2014), développer la recherche internationale et la visibilité de l’Institut, en particulier dans les TIC (Technologie de l’Information et de la Télécommunication).
2015 a vu le déploiement des satellites européens Sentinel et le renforcement du programme Copernicus de la Commission Européenne. Le 23 juin, le satellite « Sentinel-2 » apporte les images multi spectrales complétant les images radar délivrées depuis 2014 par «Sentinel-1 ». Pour la Commission Européenne et l’Agence Spatiale Européenne, ces données fournissent des informations indispensables au suivi des politiques territoriales. L’effort de la recherche pour développer les services d’observation de la terre doit maintenant être valorisé dans l’utilisation de ces services par les autorités locales. La Wallonie possède de grandes compétences dans le domaine spatial mais elles sont dispersées dans les instituts de recherche, les sociétés privées et les universités. L’ISSeP agit pour mutualiser les actions pour plus d’efficacité. Souhaitant inscrire la Wallonie dans la dynamique européenne, le Ministre C Di Antonio a soutenu la démarche de l’ISSeP dans l’organisation de deux évènements en 2015 co-organisés avec le pôle de compétitivité Skywin afin d’informer les autorités régionales des opportunités des données satellitaires.



Missions

Les programmes de recherche européens, fédéraux et wallons en télédétection, environnement, changement climatique et en santé préconisent l’utilisation des données spatiales et satellitaires. Dans son rôle de veille scientifique, l’ISSeP veut faciliter l’accès à l’information pour l’administration dans le domaine.
La création de la cellule transversale CTG a été proposée au Comité de Direction de l’ISSeP fin 2015. Le 23/10, la conférence intitulée « Les données satellitaires en Wallonie 4.0 » a rassemblé plus de 50 participants et a inauguré une dynamique de mutualisation du spatial au sein des GT EO organisé par l’ISSeP et le pôle skywin et le GT COWAL initié à la suite au sein de l’administration. Les rôles de cette cellule sont les suivants :

  • Développer l’expertise technique interne
    • Acquérir des infrastructures (données Pleiades, Aster, lidar et logiciel
    • Développer des pilotes d’utilisation de ces techniques: (Conservation des forêts équatoriales ou REDD – Reducing Emissions from Deforestation and forest Degradation, Terrils – géostabilité et analyse thermique, 3D dans les villes, circulation de l’air et densification de l’habitat, évolution de la population, analyse spatiale des pollutions)
  • Etablir les opportunités et priorités dans le domaine spatial et satellitaire: établir des réseaux et des collaborations internationales
  • Actions :
    • Co-organisation d’une session spécialisée sur les besoins de l’administration lors des Space Days 2014,
    • GT EO à l’ISSeP 05/2014, workshop le 23/10/2015 et organisation de 3 workshops en 2015 et2016,
    • Participation à la création du GT COWAL en 2016 afin de réfléchir à l’utilisation de la télédétection au sein de l’administration et des OIP
    • Participation aux ateliers du Plan Opérationnel Géomatique des services publics wallons, membre observateur du Comité Stratégique de la Géomatique
    • Co-organisation d’un workshop AM/FM-Gis (06/2014) et participation aux conférences en 2015 et 2016
    • Participation à un projet Nereus/ESA et présentations lors de conférences à Munich (11/2015) et au Parlement européen (28/06/2016)
    • Participations à l’Atelier de capitalisation et de partage des résultats du PADI à Ouagadougou (Burkina-Faso, 14-15/11/2016)
    • Participation à des conférences internationales (European Geosciences Union –EGU- (Vienne), International Conference on Geographic Information Systems –ICGIS- (Paris), European
    • Association of Remote Sensing Laboratories –EARSEL- (Stockholm), ISPRS Geospatial Week (Montpellier)) et à Wallonie/Espace