Etude PROPULPPP : Résumé des résultats, recommandations et perspectives

L’étude PROPULPPP confirme l’utilité des mesures de prévention de l’exposition de la population aux pesticides prises par le Gouvernement wallon et propose des mesures complémentaires pour améliorer encore les dispositifs existants et diminuer l’exposition des populations riveraines.

Contexte

L’utilisation des produits phytopharmaceutiques (ou Produits de Protection des Plantes –  PPP)  est une réalité dans nos campagnes qui motive la volonté de mieux encadrer leur utilisation, d’améliorer leur mise en œuvre et de réduire la consommation qu’on en fait grâce aux  « Plans d’action » mis en place au niveau fédéral ou régional.

A proximité de champs traités, l’exposition est plus importante suite aux phénomènes de dérive, au moment de la pulvérisation et de volatilisation à partir du sol ou de la végétation, par la suite. Le Gouvernement Wallon a adopté le 14 juin 2018, un arrêté relatif à une application des pesticides compatible avec le développement durable. Les mesures prévues par ce texte sont destinées, entre autres,  à assurer une meilleure protection des publics vulnérables ou qui vivent et travaillent en bordure de parcelles agricoles.

Objet de l’étude

Afin de disposer de données factuelles, le Service Public de Wallonie a financé un projet dénommé PROPULPPP ayant pour objet « l’objectivation de l’exposition des populations aux pulvérisations de produits phytopharmaceutiques  en Wallonie et des mesures de protection destinées à limiter cette exposition ». Ce projet, réalisé en 2018, a été coordonné par l’ISSeP (Institut Scientifique de Service Public), en partenariat avec le Centre Wallon de Recherches agronomiques (CRA-W) et le Laboratoire de Phytopharmacie de Gembloux Agro-Bio Tech (ULiège).

L’étude comportait 4 volets expérimentaux:

  1. Mesure de l’évolution de la teneur en PPP dans l’air en bordure de champ (entre 0 et 50 m) à différents temps (2h à 48h après l’application), via la mise en place d’un site expérimental ;
  2. Analyse approfondie de la dérive sédimentaire sur un site expérimental ;
  3. Mesure de l’exposition à plus longue distance de l’application (> 100 m) et à plus long terme ;
  4. Mesures de contamination dans des sites spécifiques riverains de champs (cours d’écoles, intérieur des classes et jardins de particuliers).

Les résultats

  1. Effets des moyens techniques: L’utilisation de buses anti-dérive ou d’écrans perméables en bordure de champs permet de réduire concrètement et significativement la dérive sédimentaire. Recommandation : Maintenir l’instruction de recourir à des buses anti-dérive, promouvoir l’installation d’écrans de 2m de haut en bord de champ et étudier la manière de les rendre le plus efficace possible.
  2. Effets de la distance: Les dépôts mesurés au sol diminuent avec l’éloignement de la zone de pulvérisation. Par contre, les concentrations de pesticides dans l’air ne montrent pas de tendance nette à la diminution en fonction de la distance au champ traité. Recommandation : cf. point 5
  3. Effets du temps: Les dépôts mesurés au sol diminuent en fonction du temps. La diminution des dépôts est principalement marquée dans les premières heures qui suivent l’application (h+2). Recommandation : Privilégier les pulvérisations en soirée en bordure des milieux de vie pour autant que les conditions météorologiques soient favorables car les dépôts ont lieu essentiellement durant les (2h) 12 heures qui suivent l’épandage.
  4. Omniprésence et diversité des PPP : Les mesures des dépôts sur le terrain et des concentrations dans l’air ont montré la diversité des PPP rencontrés mais aussi l’omniprésence de certaines substances dans notre environnement pendant et après les périodes de pulvérisation. Recommandation : Diminuer l’usage des PPP, tant agricoles que non agricoles, améliorer les techniques de traitement, respecter les bonnes pratiques, et privilégier les voies alternatives.
  5. Evaluation des risques pour la santé : L’évaluation prédictive des risques pour la santé a été réalisée avec le modèle de l’EFSA (2014) utilisé au niveau européen pour  l’autorisation des substances actives présentes dans les PPP et au niveau du Service Public Fédéral pour l’agréation des PPP. Que les risques d’exposition soient calculés à partir des valeurs par défaut  fournies dans le modèle EFSA ou à l’aide de celles obtenues dans le projet PropulPPP, les résultats indiquent que les risques ne peuvent être exclus pour une ou plusieurs S.A. à 10 m. Recommandation : Eviter de pulvériser à une distance inférieure à 10m en bordure de milieux de vie de la population car en-deçà de cette distance les risques ne sont pas exclus.

Ces résultats, aujourd’hui rendus publics, doivent prendre en considération les limites de l’étude.  19 substances actives sur les 300 agréées ont été analysées. 7 pulvérisations ont été effectuées lors d’une seule saison culturale aux conditions météo particulières. Les 3 cultures (froment, maïs, pomme de terre) ont été analysées en parcelle expérimentale et selon les bonnes pratiques agricoles.

Les 3 organismes  ont transmis les résultats de l’étude au SPW ainsi qu’un certain nombre de recommandations visant les distances de pulvérisation, le moment de la pulvérisation et des mesures complémentaires de prévention de l’exposition de la population. Ces résultats et ces propositions de recommandations doivent faire l’objet de recherches complémentaires pour être renforcés et améliorés.

Sur base de cette fructueuse collaboration entre les organismes de recherches, plusieurs projets à l’échelle de la Wallonie vont permettre la poursuite des études sur les pesticides et leur impact sur la santé. Dans le cadre du Biomonitoring Wallon (ISSeP et Uliège), un certain nombre de pesticides vont être analysés dans des matrices biologiques de la population wallonne. Dans le projet SIGENSA (ISSeP et DGO3), un indicateur spatialisé de la charge en PPP agricoles sur le territoire wallon est en cours de développement.

A PROPOS :

Résumé des résultats de l’étude résumé des résultats, recommandations et perspectives de l’étude PROPULPPP.

Synthèse des résultats de l’étude : Propulppp – Synthèse des résultats.

Rapport de l’étude : Volet 1, Volet 2, Volet 3, Volet 4, Labo CRA-W, Labo ISSeP

Présentation des résultats aux participants, séance du 26 mars 2019:  Power Point des résultats.

Résumé de l’étude accessible aussi sur : http://www.cra.wallonie.be

Fiche condensée du projet : https://www.issep.be/wp-content/uploads/Projet-PROPULPPP.pdf

Contact presse : Sophie Sleypenn ISSeP – 04 229 83 49 – s.sleypenn@issep.be