EXPOPESTEN

EXPOPESTEN : EXposition de la POpulation aux PESTicides Environnementaux


Contexte

Chaque année de grandes quantités de pesticides sont utilisées par les agriculteurs, les horticulteurs, les entreprises d’entretien de parcs et jardins, les transports publics et autres professionnels. Mais les particuliers ont aussi accès à différents pesticides utilisés dans les jardins et dans les habitations. Les pesticides sont donc omniprésents dans l’environnement et dans les lieux de vie engendrant l’exposition des populations par ingestion d’eau et d’aliments contaminées, par inhalation et par contact cutané lors de l’utilisation des pesticides ou lors de contact avec des surfaces contaminées.
Depuis les années 80, de nombreuses études scientifiques relient l’exposition aux pesticides à des effets sanitaires graves tels que cancers, troubles neurologiques, effets sur les fonctions reproductrices et le développement et perturbation endocrinienne. Il est donc nécessaire de développer les connaissances relatives à l’exposition externe/interne de groupes à risque de par leurs activités professionnelles, l’activité professionnelle de leur entourage familial et leur environnement de vie, ainsi qu’aux effets chroniques de ces expositions tels que préconisé par le Plan Wallon de Réduction des Pesticides (PWRP, 2013).
En Wallonie, l’eau et l’alimentation font l’objet de contrôles réguliers. Par contre, les concentrations en pesticides ne sont pas mesurées dans l’air ambiant (extérieur et intérieur) en région wallonne. Pourtant, des études menées en Amérique du Nord et dans certains pays européens (France, Espagne, Luxembourg,…) montrent la présence de nombreux pesticides dans l’air ambiant, que ce soit en ville ou à la campagne, dans l’air extérieur ou intérieur.
Ce projet s’inscrit pleinement dans le cadre de :
• la Directive 2009/128/CE qui instaure un cadre d’action communautaire pour parvenir à une utilisation des pesticides compatibles avec le développement durable ;
• l’action 4.1 du Plan Wallon de Réduction des Pesticides (PWRP, 2013) qui préconise de « développer les connaissances relatives à l’exposition externe/interne de groupes à risque de par leurs activités professionnelles, l’activité professionnelle de leur entourage familial et leur environnement de vie, ainsi qu’aux effets chroniques de ces expositions ».

Pour plus d’information :

Plan Wallon de Réduction des Pesticides (PWRP, 2013):http://agriculture.wallonie.be/pwrp/programme_complet.pdf

Journal officiel de l’Union européenne, Directive 2009/128/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 octobre 2009 instaurant un cadre d’action communautaire pour parvenir à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable.


Objectif

L’objectif global du projet EXPOPESTEN est de développer une approche multidisciplinaire pour contribuer à comprendre l’exposition environnementale (non alimentaire) et les risques liés à l’exposition des wallons aux pesticides.


Approche scientifique

L’objectif global se décline en deux objectifs spécifiques :
Le premier objectif spécifique est d’évaluer l’exposition des wallons aux pesticides par inhalation, à l’échelle de la Wallonie (voir figure ci-après). Ce premier objectif est une approche régionale de l’exposition basée sur des mesures de pesticides dans l’air extérieur. L’air ambiant est échantillonné par période de 14 jours en 12 stations d’échantillonnages réparties sur l’ensemble de la Wallonie. Ces stations d’échantillonnages ont été placées à proximité de zones agricoles, en milieu urbain, en zones d’utilisation « nulle » de pesticides, … Les résultats des mesures de concentration en pesticide dans l’air ambiant permettront de déterminer l’exposition, quantitative et qualitative, moyenne des populations urbaines et rurales aux pesticides sur l’ensemble d’une année.
Le deuxième objectif spécifique est de comparer l’exposition environnementale et globale aux pesticides de deux populations d’enfants : une population d’enfants habitant en zone rurale éloignée de zones d’épandages agricoles et une population d’enfants vivant dans une zone géographique soumise à des épandages agricoles fréquents. Ce deuxième objectif est une approche locale qui vise une détermination plus précise de l’exposition. Les pesticides analysés dépendront des résultats de la première phase. L’exposition environnementale par inhalation sera évaluée sur base de données de mesure dans l’air extérieur et dans les lieux de vie des enfants. Des mesures plus spécifiques de l’exposition individuelle pourront également être réalisées (exposition aux pesticides par contact cutané via dosage des pesticides sur les mains des enfants, poussières intérieures via les poussières d’aspirateur, etc.). Des données seront également collectées à l’aide de questionnaires destinés à appréhender les sources, les durées et fréquences d’exposition personnelle de chaque enfant. Enfin, l’exposition globale interne sera mesurée au moyen de biomarqueurs d’exposition.

Présentation du premier objectif du projet

 


Collaborations

Ce projet est réalisé avec différents partenaires au sein de l’ISSeP : Cellule Environnement-Santé, Cellule de Chimie Organique et Cellule Qualité de l’Air mais également avec des partenaires extérieurs : le Centre wallon de Recherche agronomique (CRA-W), le Comité Régional Phyto (CRP) et le Service de Toxicologie de l’ULg.