Qui sommes-nous

Qui sommes-nous

Organisme d’intérêt public (OIP) de type A créé en 1990, l’Institut Scientifique de Service Public (ISSeP) est le digne successeur de l’Institut des mines (1902), l’Institut national des industries charbonnières (INICHar-1947) et l’Institut national des industries extractives (INIEx-1967). Il bénéficie, de ce fait, d’un héritage de plus de 100 ans de recherche et d’expertises reconnues.

L’Institut Scientifique de Service Public (ISSeP) est soumis à l’autorité du Gouvernement wallon qui en détient les pouvoirs de gestion. Son Ministre fonctionnel est le Ministre de l’Environnement.

Son effectif est composé d’environ 300 personnes réparties sur deux sites : Liège où se situe également le siège social et Colfontaine.

L’Institut est reconnu ISO/IEC 17025 et ISO/IEC 17043. L’implémentation de ces exigences est reconnue officiellement et internationalement par l’accréditation BELAC depuis 1997.

logo Belac 170025


L’ISSeP exerce des activités scientifiques et techniques dans le domaine environnemental, il est également reconnu en tant que laboratoire de référence de la Wallonie.

La métrologie environnementale est d’une importance cruciale pour comprendre les changements de la terre et de son climat. Le bien-être et la sécurité des générations futures sont dépendantes des décisions prises en matières de politiques environnementales. Pour définir les bonnes actions, les décideurs, les sociétés et les citoyens doivent recevoir des informations fiables et régulières. Par son expérience scientifique et son efficience dans le domaine environnemental et dans la gestion des risques, l’ISSeP contribue à l’amélioration de notre environnement.
L’Institut s’organise autour de trois grands axes de compétences :

La métrologie environnementale

L’Institut a en charge des nombreux programmes d’études de caractérisation des milieux environnementaux (air, eaux, sols, déchets, sédiments, radiations non-ionisantes) visant à diagnostiquer l’état chimique, physique, écologique et sanitaire de ces milieux. Dans ce cadre, il exécute des missions bien spécifiques comme l’exploitation par exemple des réseaux environnementaux de la Wallonie via :

  • la surveillance de la qualité des eaux de surfaces ;
  • la surveillance de la qualité des eaux souterraines ;
  • la surveillance de la qualité des eaux de baignade ;
  • la surveillance de la qualité des eaux de piscine ;
  • la surveillance de la qualité de l’air ;
  • l’étude et la caractérisation des émissions aux cheminées d’installation industrielles en Wallonie ;
  • le contrôle en continu des émissions de dioxines des incinérateurs publics de déchets ;
  • la surveillance des centres d’enfouissement technique C. E. T. ;
  • la caractérisation des sédiments des voies navigables et non navigables ;

L’évaluation et la prévention des risques accidentels et chroniques

L’Institut évalue et prévient les risques que les activités économiques font (ou ont fait) peser sur l’homme et l’environnement dans des domaines aussi divers que :

  • les conséquences de l’exploitation du sol et du sous-sol en Wallonie ;
  • l’appui technique à l’Administration pour la réhabilitation des sites désaffectés ;
  • la restauration du patrimoine architectural ;
  • l’évaluation des risques des matériaux comme l’ inventaire et l’analyse d’amiante et de produits dangereux ;
  • le contrôle de l’exposition aux champs électromagnétiques ;
  • l’appui technique pour la mise en œuvre d’une gestion globale et cohérente des réservoirs à mazout ;
  • l’analyse de risques pour la population liés à la pollution diffuse ;
  • la normalisation et sécurité techniques en rapport avec les risques industriels dans les lieux accessibles au public ;
  • l’évaluation des risques en atmosphères explosives et l’analyse de la sécurité des appareils électrodomestiques ;
  • les audits énergétiques et certification PEB ;

La recherche et le développement technologique.

L’Institut mène des programmes de recherche qui lui permettent de maintenir son expertise à la pointe du savoir scientifique.
La politique de recherche de l’ISSeP est menée de manière à répondre aux principales attentes des donneurs d’ordre. Ces attentes résident dans le maintien de la compétitivité, du déploiement et/ou du redéploiement des activités, de la volonté de répondre aux différentes Directives européennes, Décrets wallons et, dans la validation des nouvelles technologies.