BMH-Agri

Biomonitoring des agriculteurs wallons

Formulaire d’inscription agriculteurs

Les pesticides figurent parmi les substances les plus préoccupantes pour l’environnement et pour l’Homme. Répandus en continu depuis des décennies dans notre environnement, ils sont aujourd’hui présents partout, dans les villes comme à la campagne, à l’extérieur comme à l’intérieur des bâtiments. Depuis les années ’80, de plus en plus d’études scientifiques indiquent que les pesticides peuvent engendrer des effets sanitaires graves tels que cancers, dommages au système nerveux central, effets sur les fonctions reproductrices et le développement, ou encore perturbations endocriniennes.

De nombreuses études menées en Wallonie ont pour objet l’évaluation de l’exposition de la population générale aux pesticides (EXPOPESTEN, PROPULPPP, BMH-Wal). En revanche, nous ne disposons pas de données sur l’exposition aux pesticides des utilisateurs professionnels de ces produits, notamment les agriculteurs, groupe a priori plus exposé à ces substances que la population générale.

Objectifs de l’étude

Dans le cadre du 3ème Programme Wallon de Réductions des Pesticides (PWRP3), l’ISSeP est en charge de projet qui vise à « Objectiver l’exposition des utilisateurs professionnels de pesticides à ces produits », en abrégé « BMH-Agri ».

L’exposition des agriculteurs aux produits phytopharmaceutiques (PPP) sera évaluée via une étude de biomonitoring humain. Les données obtenues via ce biomonitoring humain auprès de agriculteurs wallons permettront de répondre à différentes questions :

  • les agriculteurs sont-ils plus exposés aux PPP, de par leurs activités professionnelles,
    • que la population générale wallonne ?
    • que les agriculteurs d’autres pays ?
  • cette exposition est-elle saisonnière ?
  • cette exposition est-elle similaire d’une année à l’autre ?

L’étude des imprégnations en PPP des agriculteurs va permettre d’évaluer si leurs activités conduisent à une exposition plus forte à ces polluants que la population générale, et donc par conséquent à des risques potentiels plus élevés pour leur santé. Le cas échéant, des recommandations pour réduire cette exposition seront proposées pour, in fine, améliorer la qualité de vie de ce public-cible.

Qu’est-ce qu’un biomonitoring humain ?

Un biomonitoring humain (BMH) est une étude qui consiste à évaluer l’imprégnation de la population à des substances chimiques (ou leurs métabolites) en dosant leurs concentrations dans des matrices biologiques humaines (urine, sang, cheveux, …). Elle permet de prendre en compte toutes les sources et toutes les voies d’exposition et ainsi, d’obtenir une estimation réelle et globale de l’exposition des personnes à ces substances chimiques.

Méthodologie

Dans BMH-Agri, plusieurs prélèvements d’URINE seront collectés auprès des agriculteurs participants en période de pulvérisation et hors période de pulvérisation des pesticides. Les pesticides présents dans les urines seront ensuite analysés afin de déterminer les imprégnations des agriculteurs.

En parallèle, un questionnaire sera complété par les participants afin de recueillir des informations sur les pratiques professionnelles, les habitudes de vie, l’alimentation, la maison, etc.  Sur base de cette enquête complémentaire, des déterminants de l’exposition (associations entre les sources d’exposition potentielles aux pesticides et le niveau d’imprégnation) seront recherchées.

Documents
CONTACTS

Pour de plus amples informations avant, pendant ou après l’étude, vous pouvez nous contacter :

Ingrid Ruthy et Eric Gismondi
ISSeP – Cellule Environnement-Santé, 200 Rue du Chéra – 4000 Liège
Tél. 04 229 82 99 ou 04 229 83 82 (Accueil ISSeP : 04 229 83 11)
Email : bmh-agri@issep.be